Le livre des origines, tome 1 : L’Atlas d’émeraude

couv26966366
Auteur : John Stephens
Editeur : Milan
Parution : 11 mai 2011
Pages : 442
EN RÉSUMÉ :
Un livre tout en aventures pour les jeunes pré-ados et ados.
– Pour les jeunes filles ET les jeunes garçons !
– Pour ceux qui aiment les voyages dans le temps et les nains.
– Pour ceux qui aiment les vrais aventures.

Je ne sais pas si John Stephens a beaucoup d’expérience en tant qu’écrivain, mais on ne peut que constater sa toute petite bibliographie, qui ne contient que 3 livres : les 3 tomes de la série Les livres des origines. Et pourtant, bien que toute petite, sa bibliographie n’en est pas moins de qualité !

J‘ai lu le premier tome des Livres des origines, voici ce que j’en ai pensé.

La forme.

L‘histoire est bien introduite : l’abandon des enfants par les parents est bien amené, et met en place un mystère qui sera présent tout le long de l’histoire. Le rythme est soutenu et, malgré quelques moments un peu plus lents, les péripéties des enfants s’enchaînent sans qu’on ait réellement le temps de s’ennuyer.

L‘auteur nous embarque pour un livre de 442 pages, réparties en 25 chapitres (et un prologue), ce qui est assez conséquent pour permettre aux aventures de se dérouler convenablement, sans pour autant trop s’éterniser sur la longueur. Chaque chapitre a un titre, ce qui aide les plus petits à suivre l’histoire, et à se retrouver. La couverture du livre est sublime (et en relief s’il-vous-plaît !), et la quatrième de couverture ne nous indique que la citation suivante : « Mes amis, nous avons toujours su que ce jour viendrait… ». De quoi mettre l’eau à la bouche ! Le résumé est quant à lui visible sur la deuxième de couverture. Sur la troisième de couverture, on peut trouver un extrait du roman, qui correspond à un dialogue que Kate a avec sa mère peu avant leur abandon.

Bref, la maison d’édition a plutôt bien fait les choses, le livre est beau, coloré et bien décoré dans son ensemble. Un point bonus !

Le fond.

Dans cette histoire, nous rencontrons 3 orphelins : Kate (la plus grande), Michael et Emma (la plus jeune). Tous les trois abandonnés par leurs parents, ils sont ballotés de familles d’accueil en foyers, et apprennent à rester soudés malgré les difficultés. Un beau jour, un certain Dr. Pym les adopte et les conduit dans son étrange manoir. Si la trame de base est plutôt originale, surtout quand on sait comment leurs parents les ont abandonnés, on ne peut qu’être davantage portés par l’histoire lorsque les enfants découvrent dans une pièce censée être cachée, un livre qui les conduira là où ils ne s’attendaient pas. Alors oui, un Narnia remasteurisé avec un livre pour portail, c’est un peu l’esprit, sauf que dans le cas de Kate, Michael et Emma, ce n’est pas à travers des mondes qu’ils voyagent, mais dans le temps.

Le voyage dans le temps est un sujet qui peut paraît un peu complexe pour de jeunes enfants, surtout étant donné les différentes théories qui se contredisent les unes les autres à ce sujet (telles que l’affirmation « j’achète une machine à voyager dans le temps, pour remonter le temps afin de m’empêcher d’acheter cette machine à voyager dans le temps » qui est scientifiquement fausse)… Bref, si on fait abstraction de l’aspect purement scientifique, l’idée de voyage dans le temps raconté dans un roman et mettant en scène de jeunes enfants est une sacrée bonne idée, qui n’a, je crois, encore jamais été faite dans la littérature jeunesse / ado !

On part donc sur les aventures des enfants à travers le temps, grâce à quoi ils vont découvrir et résoudre certains mystères, et notamment celui de leur abandon. La fin du livre est bien amenée, et nous laisse perplexe quant à la suite. Néanmoins l’auteur aurait pu nous donner davantage l’envie de continuer immédiatement avec un petit cliffhanger… Mais c’est le choix de l’auteur, et lire la suite de l’histoire reste nécessaire pour résoudre les autres mystères et découvrir les futures aventures de nos 3 orphelins !

Néanmoins, le petit point négatif (et purement subjectif) que je donne à cette histoire est qu’elle est faite pour les jeunes ados : je suis sûrement devenue trop vieille pour des aventures d’enfants de 10-12 ans. Les péripéties, les réactions des personnages, la « méchanceté de la méchante », les événements inattendus… restent tout de même plutôt simplistes, voire parfois un peu trop faciles.

Certain(e)s disent même que ce roman se situe à mi-chemin entre Narnia et Les Orphelins Baudelaire. L’histoire est très mignonne et bien montée, mais tout de même réservée aux pré-ados et jeunes ados.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s