La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l’hiver

Auteur : Christelle Dabos
Editeur : Gallimard Jeunesse
Parution : 6 juin 2013
Pages : 519
EN RÉSUMÉ :
Un livre magnifique, à l’imagination dense et sans fin.
– Pour les adeptes de fantasy et de livres de contes.
– Pour ceux qui aiment les complots et les assassinats sans meurtrier.
– Pour les fans d’Alice au Pays des Merveilles et des films d’animation d’Hayao Miyazaki.
– Pour tous ceux qui veulent voyager.

 

J‘ai acheté ce livre d’abord parce qu’il me plaisait de loin, mais surtout parce qu’il y a un tel engouement général autour de lui que ma curiosité a dû être satisfaite. Et elle l’a été ! Pensant d’abord qu’il s’agissait d’un roman d’aventures, j’ai été surprise en constatant qu’on s’approchait plus d’un roman à la Hayao Miyazaki (pour les non connaisseurs, googlisez !), et ce n’était pas pour me déplaire…

La forme.

Place donc à un récit lent, mais bien développé et très riche grâce au vocabulaire sans fond de l’auteure (j’ai dû rechercher des mots que je n’avais jamais lu quand même !), le tout mixé sous une plume remarquable : bon rythme, bonne ponctuation, dialogues compréhensibles, aucune incohérence.

Les chapitres ne sont ni trop longs ni trop courts. Personnellement, c’est comme je les aime : entre 5 et 10 pages, l’auteure arrive à nous faire passer l’idée / l’action du chapitre, et à faire considérablement avancer l’histoire, sans pour autant que ça aille troop viiiiiite !…  Comptez 36 chapitres, qui s’étalent sur 519 pages, le tout divisé en 2 sections pour bien scinder les deux parties principales de l’histoire : la première partie sur l’arrivée au Pôle, la deuxième partie au Clairdelune.

L‘écriture n’est pas trop petite, ce qui rend ce livre facile à lire, mais il faut dire que le talent de l’auteure y est pour beaucoup !

Le fond.

Christelle Dabos n’est pas auteure de métier, mais avait quand même un pied dans la littérature puisqu’elle se destinait à être libraire. Lors du Concours Premier Roman Jeunesse, organisé en 2012 par RTL, Télérama et les éditions Gallimard Jeunesse, elle se lance dans son premier défi littéraire… et elle remporte le concours ! Les livres de la série La Passe-miroir sont ses premiers romans publiés chez Gallimard Jeunesse, et on peut aisément penser que ce sera un vrai succès.

Dans ce premier tome, nous retrouvons Ophélie, une jeune fille de bonne famille, vivant sur Anima qui est, non pas une planète, mais un « morceau de terre » flottant dans le ciel (ça passe bien mieux sous la plume de l’auteure !). Ophélie possède le pouvoir de sonder les objets qu’elle touche afin de découvrir leur passé, et a également la capacité de traverser les miroirs, et ainsi de se rendre où elle veut. Mais un jour elle se voit contrainte d’abandonner sa famille et sa vie de rêve de gérante de musée, pour épouser Thorn, un habitant du Pôle, une région à l’autre bout du monde. Elle déménage donc chez son futur, à la Citacielle (une autre terre flottante ; son nom est bien trouvé non ?), où elle est prise en charge par Bérénilde, la tante de Thorn, une jeune femme en apparence bienveillante et désintéressée.

L‘auteure a réussi à faire d’Ophélie une jeune fille adorable, complexe et vraie, à la fois timide et discrète mais qui ne perd pas une miette de ce qui lui arrive, et qui peut sortir de ses gonds dès qu’elle se sent abusée. J’ai beaucoup aimé ce personnage. Elle est intelligente mais personne n’a l’air de le comprendre, et surtout elle est curieuse, ce qui va la sauver à de nombreuses reprises, puisque ce sont ses déductions qui la conduisent à prendre les bonnes décisions.

Le personnage le moins bavard, le moins ouvert, le moins charismatique, enfin le moins tout, est celui de Thorn, dont on comprend mieux le caractère une fois la lecture terminée. Quoi qu’il en soit, l’auteure a voulu que Thorn inspire de l’agacemement et du dégoût au premier abord, et on peut dire que ça marche ! Imbuvable au possible, Thorn ne se préoccupe du sort d’Ophélie qu’une fois les problèmes commencés et on ne sait pas trop encore dans quel but…

Le personnage de Bérénilde est celui qui réserve le plus de surprises, et c’est celui sur lequel je m’étendrais le moins pour ne pas en dévoiler trop sur l’histoire. Enfin, on ne peut dépeindre les personnages ainsi sans parler de Roseline, la tante d’Ophélie qui l’accompagne à la Citacielle en vue de la prochaine préparation du mariage. C’est le personnage le plus haut en couleur, et le plus hilarant ! Toujours à parler haut et fort, à répondre à la place d’Ophélie et à défendre sa nièce, elle est l’archétype même de la marraine qui a trop de répartie et qui ne sait pas se faire discrète,… ses répliques sont sublimes !

Un livre enchanteur et plein de magie, à lire absolument.

Publicités

6 réflexions sur “La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l’hiver

  1. Laurapassage dit :

    Pour l’avoir lu l’année dernière (et enchainé avec le tome 2), il a été un véritable coup de coeur. Ce livre est une pépite littéraire comme j’en ai vu peu et je te conseille évidemment la suite, tout aussi bonne !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s