Divergente, tome 1

divergente-tome-1
Auteur : Veronica Roth
Editeur : Nathan
Parution : 20 mars 2014
Pages : 434
EN RÉSUMÉ :
Une dystopie plaisante, et très intéressante à analyser.
– Pour ceux qui aiment les présents dangereux et les futurs incertains.
– Pour les fans de complots de sociétés et de clans.
– Pour les adeptes de Hunger Games : faisons la paix !

 

Certains crieront au scandale, à la copie de Hunger Games. Moi je jubile : encore une dystopie ! Même si ce genre littéraire m’est aujourd’hui familier, la trilogie de Veronica Roth me confirme les raisons de cette adoration livresque. Comment rester au plus près de la réalité, tout en partant assez loin pour faire travailler son imagination ? Réponses.

La forme.

On peut aujourd’hui dire que Veronica Roth fait partie des (très peu nombreuses) femmes à savoir écrire. Diplômée en écriture créative, sa première et seule oeuvre littéraire publiée dans le monde est la série Divergente, qui a été adaptée au cinéma en 2014. C’est donc sans véritable crainte que je me suis lancée dans les aventures de Beatrice.

En 434 pages, Veronica Roth nous plonde rapidement dans son monde, puisque le contexte historique et factuel est dévoilé dès les premières pages. Ca ne traîne pas sur des détails, ça ne badine pas avec un style d’écriture futuriste, la technique est fluide, c’est plutôt agréable à lire. L’auteure a fait le choix d’écrire à la première personne, ce qui permet aux lecteurs de connaître et comprendre les véritables émotions, sensations et avis de Beatrice en temps réel.

39 chapitres composent ce premier tome. Ils sont de grosseurs différentes : 4 pages pour les plus petits, et plus de 10 pages pour les chapitres contenant le plus d’action. Un rythme assez correct, d’autant que l’auteure sait quand arrêter un chapitre, et ne nous traîne pas dans des longueurs inutiles.

En terme de typographie, les éditions Nathan auraient peut-être pu faire un effort… À vouloir se différencier, je trouve que l’écriture choisie est moche, et fait presque « pattes de mouche ». Heureusement que l’auteure nous rend la lecture plus aisée.

Le fond.

Nous suivons donc l’histoire de Beatrice (qui changera son nom en « Tris »), une jeune Altruiste qui vit dans une Amérique post-apocalyptique, divisée en 5 factions. Sa vie semble monotone et ennuyeuse, au point que même le lecteur l’encourage à prendre la bonne décision lorsqu’elle est amenée à sélectionner sa future faction lors de la Cérémonie du Choix. En ce qui me concerne, j’ai adoré son personnage, ni trop niais, ni trop ennuyant (bien qu’elle vienne d’une faction très dévolue). On ressent bien sa sensation de mal-être et d’hésitation quant à son changement de faction. Durant toute l’histoire, Tris est un personnage qui va évoluer, tant mentalement que physiquement, qui ne se laisse pas faire, qui devient calculatrice, pour pouvoir à son tour comprendre les manipulations des autres.

Quatre est le deuxième personnage principal de la série. C’est un jeune homme que j’ai d’abord détesté, par ses ordres mal placés et un comportement hautain. Mais on comprend rapidement que, dans ce monde, il faut se faire une place, et c’est avec stupeur que son personnage évolue également dans le bon sens, en découvrant son combat et ses valeurs. Quatre est un personnage intéressant, bien que stéréoptypé au « beau gosse discret ».

Derrière ce paysage dystopique, l’auteure a clairement voulu nous ouvrir les yeux sur une réalité tout aussi dramatique : la critique d’une société dont l’élite s’évertue à canaliser les esprits rebelles et pensant différemment, qu’elle ne peut pas contrôler. Dans ce sens, le livre rejoint la série Hunger Games, dans laquelle l’élite, qui vit dans le faste et le décadent, tente de garder la main mise sur une population appauvrie et soumise. Des réflexions aussi bien défendues que bien écrites.

Publicités

8 réflexions sur “Divergente, tome 1

  1. Ibidouu dit :

    Coucou ! Je n’ai pas du tout lu la série Divergente, je n’ai vu que les deux premiers films pour l’instant. J’avoue que je ne sais pas encore si je vais les lire ou pas ! Peut-être un jour 🙂
    En tout cas, par rapport aux films, je n’ai jamais fait le rapprochement avec Hunger Games. Pour moi, la seule chose qu’ils ont en commun c’est un personnage féminin très fort et la critique d’une société élitiste (comme tu le dis toi même). Mais en soi, c’est un peu le pitch de base de toutes les sagas SF jeunesse, à peu de choses près. ^^

    J'aime

    • La Librairie du Chateau dit :

      Ah je t’encourage à les lire, ils sont pas mal ! Beaucoup de personnes font le rapprochement avec Hunger Games car c’est grâce à ces deux « géants » que le genre dystopique s’est véritablement imposé dans la lecture Young Adult. Mais les seules choses que ces deux bouquins ont en commun, c’est leur genre et la manière dont il est construit, avec une figure féminine à la tête d’une révolution. Tu as raison, aujourd’hui c’est un schéma devenu très répandu dans beaucoup de livres pour ado.

      Aimé par 1 personne

  2. plumesdelune dit :

    Je n’ai lu que le premier tome de cette série. En soi c’était pas mal, mais je me suis ennuyée au milieu du tome, j’ai trouvé que y’avait un gros passage à vide. Du coup, je préfère voir les films, au moins y’a pas de temps mort ^.^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s